O’France 2016 vu par Nathalie


Après quelques mois de CO en Champagne-Ardenne, je décide de participer à O’France, une course à étapes organisée au sein de la région Languedoc Roussillon et regroupant un grand nombre de coureurs étrangers.

Se déroulant en juillet, cette course permet d’allier tourisme et CO.

Le programme ? 6 jours de course interrompus par un jour de repos (14 juillet) !

Les courses ? 1 prologue (sprint), 3 LD et 2 MD dont une est inscrite au classement mondial (World ranking)

Les orienteurs ? 2500 coureurs de 25 nationalités différentes ! Imaginez l’ambiance sur l’Arena !! On entend parler toutes les langues

Tout a bien commencé par un prologue particulièrement chaud et ensoleillé dans la petite ville de Nant pour lequel je termine en milieu de tableau de ma catégorie.

Mais où sont passés les coureurs ?!! Ils sont à l’ombre devant une bonne bière fraiche pendant que les derniers partants cuisent…..
Mais où sont passés les coureurs ?!! Ils sont à l’ombre devant une bonne bière fraiche pendant que les derniers partants cuisent…..

 

Les choses sérieuses se sont présentées les jours suivants : le terrain n’a rien de commun avec ce que j’avais déjà rencontré. L’avant dernier jour me sera fatal puisque je ferais « PM » sans vraiment m’en rendre compte ; dommage !

 

 

 

 

Le terrain de jeu est super et particulièrement complexe. Rien à voir avec notre montagne de Reims sillonnée de chemins, de fossés, de layons, etc.. Ici, des rochers qui se ressemblent, des buis dans lesquels il est facile de cacher les balises, des risques de trous pouvant être dangereux voir un peu effrayant (rempli d’os de brebis tombées dans ce trou), des vestiges de chenilles processionnaires obligeant les coureurs à se couvrir les membres.

J’ai A-DO-RE cela même si parfois le découragement guette.

Le terrain de jeu est super et particulièrement complexe. Rien à voir avec notre montagne de Reims sillonnée de chemins, de fossés, de layons, etc.. Ici, des rochers qui se ressemblent, des buis dans lesquels il est facile de cacher les balises, des risques de trous pouvant être dangereux voir un peu effrayant (rempli d’os de brebis tombées dans ce trou), des vestiges de chenilles processionnaires obligeant les coureurs à se couvrir les membres. J’ai A-DO-RE cela même si parfois le découragement guette

 

 

 

 

Le O’France ce fut aussi pour moi l’occasion de passer une semaine de vacances en famille dans l’Aveyron (sur l’Aréna du dernier jour après ma course)

 

 

 

Le O’France ce fut aussi pour moi l’occasion de passer une semaine  de vacances en famille dans l’Aveyron (sur l’Aréna du dernier jour après ma course)

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-09-05 à 22.15.33

et nous avons profité du jour de repos pour visiter Montpellier le vieux et Millau connu maintenant poson fabuleux pont suspendu au-dessus de la vallée du Tarn

L’Aveyron c’est aussi le Roquefort, sa cuisine, etc…

Bref, le O’France ce fut une organisation parfaite, un terrain de jeu superbe et de vraies vacances !

 

Comment!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *